Ce jour-là les poules avaient des dents et le temps n’était pas là.

Il était parti faire un tour en sens inverse et était resté coincé. Ca arrive à tout le monde et on pourrait en rester là. Mais pas ce jour-là, il n’en fut rien car c’était un jour de sale temps. Les poules claquèrent de leurs dents et se les fêlèrent illico. Ce n’était vraiment pas leur jour.

Le recours à un dentiste se fit sentir et on en trouva un presto.

Celui là avait une dent contre les poulettes, une vieille histoire de coq en pâte resté bloqué dans sa terrine.

C’est alors qu’un loup vertueux fraîchement sorti du bois toutes dents dehors, prêt à en découdre avec la volaille, fit irruption brusquement dans cette histoire.

Il croqua le dentiste frileux, sans état d’âme, en prenant son temps, celui parti en sens inverse qu’il remonta sans vergogne. Les poules plombées décidèrent de couver la bête pour qu’elle en prenne du poil qu’elles voulaient absolument caresser dans le bon sens.

Heureusement il reste du temps à l’atelier, celui qu’on a réussit à décoincer, afin de terminer sur les dents sans se mordre la queue pour finir cette histoire qui a eu lieu, on vous avait prévenu, quand les poules avaient des dents !

Réjane

Ecrire sur un pays étranger avec une phrase dans la langue

Verrines verdoyantes sur les plateaux Happe et Ritif

C’est un pays qui s’offre aux subversifs

Qui se régalent d’amuse-gueules et d’beaujol-pif

Et où règnent toutes sortes d’oisifs.

C’est un pays aux côtes salées

Qui baignent dans toutes ses allées

Et garde ses venues pour les zélés

Qui se mêlent à toute une gente fêlée.

Ils cognent sans peur verres et coupes

Mélangent les genres pour une bonne soupe

Et se laissent regarder à la louche

Lorsqu’ils parlent entre eux «  hic yo houp ! »

C’est un pays étrangers aux formes plaines

Qui n’aime pas rester vide et qu’on aime.

Il est très fréquenté par toutes sortes de crèmes

Qui viennent y picorer autour de buffets à thèmes.

Beaucoup le visitent le soir et même

Plus nombreux en fin de semaine.

Pour pouvoir profiter et s’énivrer

De toutes ses facettes sans se modérer.

Il faut bien travailler son vocabulaire,

Se l’approprier n’est pas une mince affaire

Car le plus difficile est de se rappeler

De son voyage en cette terre.

Réjane