Lundi matin : 10 mots imposés

Elle n’y était pas revenue depuis 20 ans. 20 années passées ailleurs, autrement, à donner le change. Avait-elle vraiment changé ? Elle se le demandait maintenant qu’elle revenait au bord du fleuve. Tout, autour d’elle, lui disait le contraire : le crissement de ses pas sur le sol gelé, le froid qui piquait ses joues, un peu moins rondes, mais où le sang affluait, rosissant son visage, ses oreilles et le bout de son nez.

Le sentier blanchi par le givre descendait jusqu’à l’eau. Elle suivait cette ligne inattendue portée par ses souvenirs.

C’était l’été. L’eau calme du fleuve appelait à la fraicheur d’une baignade improvisée. Anne, qui l’accompagnait comme tous les jours, aimait arriver la première. Elle, était ailleurs, déjà. Elle marchait lentement, imaginant ce monde qui s’ouvrait à elle : 17 ans, son bac en poche et le départ prochain pour l’université.

Arrive au bord du fleuve, Anne se tourna vers elle, agita les mains en criant : « regarde, regarde ! ». Amusée elle releva la tête et vit la fillette prendre son élan pour plonger dans l’eau. Au milieu du ponton, un craquement, le corps d’Anne disparut dans un cri. Pétrifié, elle ferma les yeux. Le soleil de midi embrasait ses paupières closes.

C’était il y a 20 ans.

 

Katlène

ATELIER ECRITURE – 09/09/2013

PORTRAIT CHINOIS

Si j’étais une fleur, je serai une pâquerette pour me faire brouter par la vache-qui-rit.

Si j’étais un lieu, je serai une petite pièce cachée au fond de la maison pour avoir la paix.

Si j’étais un animal je serai un oiseau qui n’aurait jamais besoin de se poser sur la branche.

Si j’étais un arbre je serai un baobab fort et doux à la fois.

Si j’étais un objet je serai une moulinette et rien ni personne ne résisterait à mon tour de manivelle.

Si j’étais un sentiment je serai la colère pour pouvoir hurler à m’en casser les oreilles.

Si j’étais un aliment je serai le lait maternel parce qu’il change de goût à chaque fois.

Si j’étais un personnage je serai le soldat inconnu, ni vu ni connu.

10 MOTS A LA FOLIE

AMBIANCER

A TIRE-LARIGOT

CHARIVARI

ENLIVRER / S’ENLIVRER

FARIBOLE

HURLUBERLU

OUF

TIMBRÉ

TOHU-BOHU

ZIG-ZAG

Mise en texte des 10 mots

OUF !

Elle s’adossa à la porte des toilettes pour dames qu’elle venait de refermer sur elle. Pas facile de se dépêtrer de cet type un peu collant, un peu timbré qui, sans limites, l’avait entreprise dès son arrivée au Charivari. Elle adorait ce club. Elle y venait pour faire la fête, histoire de décompresser de ces semaines de folie passées à lire tous les romans de la rentrée. Parfois elle détestait son métier de critique littéraire et elle finissait sa journée complètement enlivrée. Mais ce soir, elle avait envie de s’amuser, de boire, rire et danser à tire-larigot. Elle était prête à tout pour ambiancer son week-end.

Prête à tout mais pas avec n’importe qui ! C’est ce qu’elle s’était dit au bout de 5mn à écouter les fariboles de cet espèce d’hurluberlu un peu mytho qui lui avait mis le grappin dessus. Elle avait quand même réussi à le semer après moults zig zag au milieu du tohu-bohu des nightclubbers.

Katlène

ATELIER DU 16/09/2013

CHOIX D’UN MOT SUR LES 10 MOTS DE FOLIE = ZIG ZAG

C’est un drôle de type, toujours à louvoyer entre le bien et le mal. Un zig un peu fou, borderline, en équilibre constant entre folie et raison.

Il n’aime pas les normes, les frontières, les lignes droites. Sa vie est une succession de hauts et bas, up and down. Toujours en mouvement, débordant d’une énergie explosive, il entraine les autres dans un feu d’artifice d’idées, de projets. Ceux qui le suivent s’épuisent, se perdent aussi, à force de courir derrière lui, plongés dans les méandres de ses délires créatifs. Certains s’arrêtent en cours de route, tentent de recoller les morceaux de leur personnalité qu’ils ont toute entière dévolue à cet être magnifique et destructeur.

Lui, ne s’arrête jamais. Qu’importe les lâcheurs, il trouvera d’autres proies – un petit tour par ici, une incursion par là – prêtes à le bader. Mais il a beau essayer de la semer en zigzagant de plus belle d’une vie à l’autre, la mort avance tout droit et l’attend au bout du chemin.

SLAM en l’honneur de Jean Petit – La révolte des croquants.

Croquer la vie

A pleine dents

Refuser d’être laissés-pour-compte

Opprimés, humiliés

Par les privilégiés.

Marcher pour rester debout

Se soulever

Raz-de-marée

Humaine, contre l’Injustice.

Rappeler à notre conscience

Ceux qui ont su dire non :

Jean Petit, Mandrin,

Votre mort nous appartient.

Elle nous apprend que résister

C’est exister.

Katlène

ATELIER DU 4 NOVEMBRE 2013

 

 

 

CHOSES QUI ÉGAYENT LE CŒUR

  • Un champ de coquelicots.
  • Rouler vitres ouvertes sur une route de campagne la nuit, et respirer l’odeur du foin fraichement coupé.
  • Faire la planche sur la mer doucement bercée par les vagues, yeux fermés, oreilles dans l’eau.
  • La foule bruyante et affairée d’un marché, jour de soleil, paniers qui se remplissent, étals débordants de fruits et de légumes, épices odorantes…
  • Quitter un pays en bateau et voir la côte s’éloigner.
  • Bob Marley.
  • Une bande de jeunes, filles et garçons complices, riant, criant, chahutant, la rue leur appartient !
  • Une journée entre copines, juste à prendre le temps entre fous-rires et secrets murmurés.

 

RECETTES MAGIQUES

  • Femme grincheuse s’endormant sous la pleine lune se réveille chouette.
  • Jeter dans le feu un poil de l’Ours blanc ramènera votre époux sain et sauf de la guerre.
  • Au passage de l’an,

Salamandre en vos souliers

Rangés au bas de l’escalier

Du malheur pour cent ans.

  • Couper les cheveux en 4,

Battre 13 à la douzaine,

Monter au 7ème ciel,

Croiser les 5 doigts de la main,

Et il perdra la mesure.

  • Bave de crapaud,

Oeil de perdrix,

Langue de vipère

Et autre venin de scorpion

Constituent le seul régime politique connu à ce jour.

Katlène

TEXTES EXPOSITIONS

1/ EXPOSITION PAROLES VIVES / SALLE VOUTÉE

J’effervesce

je bouillonne _ tourbillonne

je balbutie _ je fais des bulles

je tombe goutte à goutte

je me diffracte dans la lumière

corps sauvage _ pensée libre _ âme aimante

éparpillée d’amour

je suis couleurs _ odeurs _ saveurs

je suis _ libre

Katlène

2/ « ABSTRACTION AU FÉMININ » / ATELIER BLANC / 3 février 2014

* Soo Lee

Cœur à nu _ cœur à vif qui rit jaune

écorché _ blessé… vite vite l’emmailloter le bercer le consoler

coeur bandé abandonné _ ligoté par le chagrin

cœur mouillé _ barbouillé noir de mascara

cœur bleu d’espoir _ en vert et contre tout

qui a dit que le rose c’était fait pour les filles ?

Katkène, 2014

* Tableau-miroir

Un zeste de presque rien _ comme une illusion

un simple reflet se mirant dans une flaque de couleur

est-ce moi ?

est-ce elle ?

sommes-nous du même côté ?

carreau coloré _ carré acidulé

j’vous ai apporté des bonbons 😉

Katlène, 2014