Peau crevassée et rugueuse sur laquelle des fourmis s’activent chargées de lourds fardeaux. Saisir et enlacer ce tronc rêche, se confronter à sa force pour s’abreuver de sa paisible énergie.

Instant d’humilité, l’arbre nous oblige à lever le regard pour percevoir sa frondaison.

Tantôt refuge pour les oiseaux au vifs piaillements, ses larges feuilles fragiles composent au gré du soleil / jour une mosaïque lumineuse sous laquelle/où le randonneur fatigué vient trouver un instant de repos.

A la tombée du jour cet ami rassurant s’approche du fantastique : bruissement des feuilles, craquement du bois, les lutins prennent possession du liber/ de la forêt et le loup apparaît.

Isabelle A, le 10 décembre 2011 à Rieupeyroux